Vous avez dit… Hygge?

Ce que je préfère quand je lis des livres sur le Hygge c’est qu’ils commencent tous par préciser comment ça se prononce …

Alors une bonne fois pour toutes : prononcez  » HOU GGE » !

Notre société est partie en chasse… En chasse du bien être ! Où peut-on le trouver ? A l’intérieur de soi, faites du développement personnel… Dans la connaissance de l’avenir ? Allez voir un astrologue (un autre que moi parce que pour moi l’avenir est ce qu’on en fera !) Dans l’art du bien-être ? Achetez donc des ressources à bien-être dans des magasins : bougies, plaids, coussins et autres items odorants qui devraient vous permettre cette reconnexion magique avec soi.

Être reconnecté, c’est être capable d’être vraiment un avec la fleur que vous regardez, avec le nuage qui passe.

Tiens, tiens mais de fil en aiguille, nous arrivons à la méditation… Très intelligemment, les créateurs de Petit Bambou nous répètent « Si vous cherchez quelque chose : à vous calmer, à mieux dormir, à vous vider la tête, en bref, si vous cherchez quoi que ce soit : ne faites pas de méditation. Faites autre chose, parce que la méditation ne sert à rien. Elle sert seulement à vivre avec soi et pas contre, quelles que soient les couches intermédiaires qu’on doit dépasser pour cela… »

Le Hygge c’est pareil, c’est comprendre que tout compte. La manière dont vous êtes assis, habillé, ce que vous avez dans votre assiette, les couleurs des coussins de votre canapé, tout parle de vous, tout concourt à vous faire un monde meilleur ou à vous plonger dans la disharmonie. Le Hygge est ainsi l’art du bien-être : l’art de faire que le fait d’être bien est prioritaire sur tout le reste. Si vous êtes bien, tout ira bien.

Alors comment faire pour être bien ? Le Hygge dit : en vous rappelant qu’avant d’être esprit, vous êtes dans un corps et que dans cette mesure, il faut veiller à ce qu’il soit confortable. Si le corps est bien, dit le Hygge, s’il se sent aimé et entouré, s’il a chaud qu’il se sent en bonne santé alors la détente peut arriver.

Le Lagom, cette fois suédois rajoute une dimension économique à cette notion de bien-être danois : le minimalisme et le DIY sont de mises avec cet art de vivre nordique… N’acheter que le strict nécessaire, être capable de faire avec ce qu’on a sont des priorités posées par le Lagom qui pense qu’on ne respecte bien les choses que si elles ne pullulent pas, ainsi, pour bien vivre, il faut avant tout apprendre une sorte d’autosuffisance salvatrice…

L’un dans l’autre, notre société française change, parce qu’elle est à la recherche d’un idéal qui lui serait propre, héritière qu’elle est du bien-vivre autour d’un bœuf bourguignon, très avide, pour sa part, de consommer pour montrer qu’on est devenu riche. Nous avons beaucoup à apprendre dans l’art de dépendre moins des choses pour nous trouver nous-mêmes… Mais incontestablement, le chemin a commencé…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.