Tristesse du Bélier

Un Bélier n’est pas triste n’importe quand.

Un Bélier devient triste quand la vie n’offre plus de perspectives ou quand il sent pris dans un tunnel invraissemblable de choses à faire, sans terme. Le renouvellement, la nouveauté, la variété ne sont pas optionnels si vous êtes Bélier, il en va en fait de votre équilibre profond.

Un Bélier étant très nerveux, il a besoin de dormir beaucoup. C’est souvent le manque de sommeil parce qu’il y a eu un pic d’angoisse qui crée une déprime passagère. Le Bélier n’est pas fait pour avoir un rythme régulier, il est fait pour s’adapter à ses propres états d’âme. Or, sa première adaptation passe par le sommeil.

Sur la nourriture, le Bélier s’alourdit vite et ne doit pas trop manger. La rapidité demeure le maître mot de sa personnalité, de ce fait, il se déprime s’il se sent ralenti par quelque chose.

Mais c’est surtout l’absence de projets qui abat complètement son moral. Si le Bélier n’a rien à faire qui éveille dans un court terme ses envies, il se démobilise et aurait même tendance à penser que sa vie entière n’a plus aucun sens. Puis, un évènement plus sympathique survient et le voilà regonflé à bloc.

Il faut surtout penser en cas de déprime que le Bélier a besoin d’un évènement, d’un changement extérieur et non pas de réfléchir à sa situation. Sa manière d’avancer est de s’accrocher aux choses et non de retourner son énergie vers son intériorité.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.