10ème jour du Gradus

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de quelque chose d’anachronique en cette période de quête du parfait cadeau.

La lecture des livres de Pierre Rabhi, de Fumio Sasaki, de Tom Hodgkinson, pour ne citer qu’eux, m’a ouvert les yeux sur un vide béant : celui que creuse dans notre joie de vivre les choses que nous achetons à la pelle en pensant qu’elles nous rendront heureux.

Eh bien non, acheter ne rend pas heureux, cela nous berce, nous distrait mais nous étouffe peu à peu.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.