La vie devant soi…

Extinction Rébellion ! Est-ce vraiment sérieux ? Allons-nous nous éteindre, sabotés par notre propre folie ou n’est-ce qu’une tendance réactionnaire qui rejette l’effort nécessaire à l’acquisition d’un niveau de vie confortable ?

Les militants de ce mouvement n’ont rien à faire, ils empêchent les autres de travailler, c’est mignon d’amener des bottes de paille dans le centre de Paris, mais franchement quel rapport avec la vie réelle ? De quel côté nous tenons-nous ? Arc-boutés sur notre rythme, épuisés des efforts que ça nous demande, avides des plaisirs que ça nous procure, nous ne négocions rien. C’est tellement romantique un week end à Séville ou Marrakech, pourquoi se priver de cette unique preuve d’amour ? Les militants répondent : vos enfants n’auront rien à manger par votre faute…

Mais quel rapport ? Quel rapport entre la boue, l’épis brûlé et rabougri, la pauvre agricultrice qui n’est pas allée chez le coiffeur depuis son mariage, et nous, habitants de la ville qui frissonnons d’aise quand le vent fraîchit et que nous pouvons alterner des séances shopping (obligatoires malheureusement à un mois de la rentrée mais quelle barbe) avec le bol d’air en Normandie chez les bons amis… 

Aucun rapport.

Ça ne nous concerne pas. Nos vies sont trop différentes, nous relevons le défi de la croissance asymptotique et nous sommes fatigués, alors les groupements militants… énorme zut…

Le problème est que ceux qui militent sont ceux qui ont pris conscience, soit parce qu’ils n’ont jamais eu beaucoup trop, soit parce qu’ils n’ont pas réussi à atteindre de vrais objectifs, soit parce que ce sont des traîtres : ils ont réussi financièrement (parce qu’on en revient toujours à ça) et… ils se sont dits que c’était inutile au vu de sujets plus lourds. 

Tout le monde n’a pas la prise de conscience de Cyril Dion qui se rend compte un matin que la probabilité pour que l’humanité s’éteigne est réelle, et qui n’arrive plus à parler tellement ça le bouleverse…

Mais nous balayons d’un revers de main ses fadaises et retournons à nos séries sur Netflix. 

Deux mondes vont donc s’affronter : ceux qui ont conscience et qui refusent la course de la société de consommation, quelle que soit la raison pour laquelle ils ont rejoint ce mouvement, et ceux qui n’ont pas conscience et se demandent comment avoir plus. 

Quel camp va gagner décidera de l’avenir du monde, car les deux mondes ne pourront co-exister, mais peut-être que la réponse à apporter avec Uranus qui est arrivé en Taureau est de repenser notre appartenance à la nature qui doit être remise au centre de notre vie.

Ne cherchez pas à vous culpabiliser (car c’est encore une façon de ne pas agir) mais seulement à savoir si vos choix vous rapprochent de vos valeurs et du déploiement de la vie sur terre ou si au contraire, une forme d’inconscience fait que vous vivez en prenant ce que vous pouvez pour promouvoir votre existence sans penser à l’écosystème dont vous faites partie. 

Car oui, vous aussi, vous n’êtes qu’un épi de blé (et on vous espère sans OGM, faute de quoi, comme ces graines incapables de se reproduire, rien de ce que vous faites ou accumulez ne pourra être transmis à une descendance). 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.