La forêt brûle

La forêt amazonienne brûle… Et avec elle, l’enfance de ma génération qui nous racontait qu’elle « était le poumon de la planète ». Rien d’étonnant à ce qu’ Emmanuel Macron réagisse. Nous avons eu les mêmes programmes de géographie dans les années 1980, et cette forêt qui brûle, ce sont les derniers indiens, les peuples primitifs et la forêt primaire… 

La forêt brûle chaque année. Mais nous avons eu chaud en France. 1500 morts en 2 canicules. La forêt brûle chaque année, mais nous commençons d’avoir peur que les rapports du GIEC ne soient pas juste une distraction de scientifiques…

Donald Trump aide beaucoup aussi. Disant que ces scientifiques sont des guignols, lui, dont on connaît la finesse intellectuelle, se range du côté des négationnistes du climat. Zut, personne n’a envie d’être aussi bête que Trump… Alors, on regarde si on ne pourrait pas avoir une voiture électrique, prendre le train, renoncer à aller en vacances en Chine. On refuse les sacs plastiques, on se lave plus vite, on regarde avec inquiétude les feuilles jaunies des arbres montagnards. Et on a peur, peur que la fin du monde s’approche à grands pas.

Elle s’avance exactement, la fin d’une civilisation. La prochaine va naître et ne le pourra que si la précédente s’effondre… Les efforts de chacun seront bientôt relayés par les pouvoirs publics et quelques canicules bien senties, quelques tornades imprévues, quelques montées des eaux et autres tempêtes vont nous conforter dans l’urgence de changer de monde…

Car en réalité, on n’en peut plus de la course à la croissance, de combien je vaux et de quelle est ma productivité. On n’en peut plus de devoir réfléchir s’il est pertinent dans un plan de carrière de tomber enceinte, marre de rentrer chez soi épuisé sans plus voir nos enfants, marre de vivre deux vies, l’une qu’on aime et l’autre qui suppose de se dépasser sans cesse mais qui nous évide du dedans.

On a envie d’autres valeurs, mais on n’ose pas, alors la terre, notre mère Gaia, va nous tirer de ce mauvais pas en rendant obligatoire le changement… La consommation ne sera plus notre mode de créativité, c’est notre être tout entier qui sera créatif… 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.