Etre un homme/Etre une femme : retour à la Genèse…

Adam et Eve font couler beaucoup d’encre et posent un vrai problème à notre notion (infantile ?) de l’égalité. Ce qu’on croit qui est dit dans la Bible est : « Dieu fit l’homme le 6ème jour et pendant le sommeil d’Adam, il lui subtilisa une côte dont il fit la femme ».

On imagine qu’il rajouta un peu d’argile, mais rien n’est moins sûr 😊 !!!

Comme nous disposons d’exégètes chevronnés, ils ont essayé de changer la version en : Dieu fit l’homme et à côté d’Adam, il fit la femme. Ce qui permet de souffler sur la notion d’égalité entre l’homme et la femme chère à nos cœurs contemporains.

La réalité n’a évidemment rien à voir. On peut par exemple, repartir de Jung et de son analyse d’Animus/Anima qui en gros, revient au Yang et au Yin comme à deux polarités intrinsèquement liées qui s’engendrent mutuellement et ne peuvent en réalité se scinder. On retrouve d’ailleurs dans la biologie actuelle cette notion que l’homme et la femme ont des spécificités sexuelles réversibles…

En vérité, la gnose révèle qu’Adama est la matière première du ciel qui alourdie du poids du péché s’est laissée tomber jusqu’à former une matière fertile qui permet la remontée à Dieu. Cette matière première de la création, c’est Eve et d’ailleurs, c’est elle qui a la charge de porter les bébés.

Chaque être humain est une syzygie, c’est-à-dire un principe masculin allié à un principe féminin, aucun des deux n’est dominant, même si l’incarnation suppose la polarisation.

En réalité, chacun a un rôle et une fonction différente de l’autre, et aucun des deux n’est égal à l’autre, chacun est unique mais les deux font partie de vous.

Le but est de parvenir à l’androgynie absolue, en clair au fait d’être capable d’émaner autant les qualités féminines que les qualités masculines de la création. Car si nous devenons en capacité de le faire, alors et alors seulement, nous deviendrons créateurs à l’image de Dieu.

L’erreur qu’on commet sur terre est de chercher notre « pendant » à l’extérieur de nous, alors que l’éveil doit révéler la présence d’une complétude à l’intérieur de soi, et donc techniquement parvenir à cette posture sacrée du prêtre ou de la prêtesse qui est fatalement célibataire puisqu’ayant réalisé en soi l’unité des deux pôles. Quand ce n’est qu’une posture, on sait que ça peut basculer dans l’absurde et le vice. 

Eve incarne ainsi le monde, mère Nature, tandis qu’Adam est le ciel créateur qui vient donner à la terre le germe qui peut lui permettre de devenir un retour vers le Ciel. 

L’incarnation, la Lune est le travail d’Eve, tandis que celui de venir s’incarner en acceptant les conditions et les limitations pour les transcender est la part impartie à Adam, ces deux-là évidemment, ne peuvent rien accomplir l’un sans l’autre. On voit bien ainsi que la Bible est encore plus que féministe, puisqu’elle dit qu’aucune des deux polarités ne peut rien faire sans l’autre, mais sur terre, chacun doit s’en tenir à sa fonction dévolue, de manière à faire advenir la véritable naissance (la pierre philosophale des alchimistes…)

Que peut-on en tirer pour notre monde actuel ? Que renforcer les différences entre les sexes n’a aucun sens, qu’il convient par contre que chacun accepte sa fonction sur terre, comme le rôle d’une pièce de théâtre à jouer, sachant aussi que les frontières sont moins nettes qu’il y a cinquante ans, beaucoup de femmes sont des Adams et bien des hommes ne jurent que par les qualités spécifiques des Eves…

Trouvez donc votre socle et développez le pôle manquant sans avoir l’impression d’avoir un manque mais au contraire, en ayant la certitude qu’un rôle joué à la perfection permet justement de trouver sa place…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.