L’école, le plein et le vide

L’école juge, évalue des générations d’écoliers sur l’histoire, la géométrie, la géographie, mais ne répond en aucun cas à la question qu’on s’est tous posée : à quoi cela me servira plus tard de savoir que le carré de l’hypothénuse équivaut à la somme des carrés des longueurs des côtés de l’angle droit ?

La France est un pays réactionnaire, sans doute le pire d’Europe…Entend-t-on dire.

La France est un pays où certainement on sait ce qu’est le Bien et ce qu’est le Mal, de manière claire.

La France est un pays où l’égalité fait descendre les gens dans la rue, mais tout cela est sans espoir car nul ne sait quoi vouloir.

Et dans cette société où tout est clair (ou prétend l’être), l’école pose des jalons définitifs. 

L’école juge, évalue des générations d’écoliers sur l’histoire, la géométrie, la géographie, mais ne répond en aucun cas à la question qu’on s’est tous posée : à quoi cela me servira plus tard de savoir que le carré de l’hypothénuse équivaut à la somme des carrés des longueurs des côtés de l’angle droit ?

Allez, un bon point à ceux qui ont reconnu le théorème de Pythagore…

L’école ne prend pas en compte les individus ni ne les respecte. Tous doivent être capables de se soumettre à un apprentissage uniforme selon lequel on évaluera leurs compétences. Peu importe ce qu’on aime, ce qu’on souhaite, ce qu’il faut, c’est cocher les cases et parvenir à avoir la meilleure moyenne dans la meilleure école.

A quoi cela servira-t-il ? Et bien, à ne pas descendre dans la rue comme les pauvres gilets jaunes. A moins de la protection faramineuse d’un niveau social et financier, ou d’une capacité entrepreneuriale hors pair, les enfants qui s’en sortent sont ceux qui ont fait de bonnes études. Le système français éducatif propose un cadre unique et casse ceux qui n’en font pas partie, ne leur ouvrant que des études de seconde zone. 

C’est très courageux de lutter contre le décrochage scolaire, mais déjà si on autorisait les enfants à exprimer leurs goûts et qu’on cessait de croire qu’apprendre des poésies ineptes ou les tables de division va sécuriser l’existence future d’un individu, on tentait de voir ce qui peut lui plaire et essayer de renforcer ses points forts ?

Chacun est différent. Comme les faces d’une montagne ne sont pas toutes équivalentes. Pourtant, elles mènent toutes au sommet. 

J’ai passé ma scolarité en ne dépassant jamais 0,5 de moyenne en physique et autant en géométrie. J’aimais lire, l’histoire et la religion. J’aimais la musique et j’aurais bien voulu apprendre à dessiner. Je détestais le sport.

Et je n’ai pas changé. Je cale sur les exercices de mathématiques de ma fille depuis le CE2, et à part de me dire que la France a décidément été un théâtre de guerre terrible pendant deux mille ans, je ne vois pas le point de connaître le détail de la bataille des champs catalauniques. 

La vérité est qu’à moins de vouloir devenir docteur en histoire, on s’en fiche. Et que si ce n’est pas le cas, vous aurez l’occasion de vous documenter à l’âge adulte.

Tout le monde sait que l’école en France n’est qu’un formatage de classe, mais à moins de la quitter, la France, on ne peut y échapper. A moins de condamner nos enfants…

Apprendre sert à apprendre, mais pourquoi ne pas en profiter pour apprendre des choses qui passionnent ?

Pourquoi ne pas faire confiance aux âmes qui naissent et se dire qu’elles vont se passionner pour quelque chose qui leur ressemblera ? Si on prend le temps de les connaître suffisamment…

Mais la boucle est bouclée… 

Et les petits qui naissent cultivent l’image d’eux-mêmes au lieu de songer à devenir quelqu’un, ils vivent avalés dans une masse d’information unifiée qui n’a aucune caractéristique sinon d’être infiniment répétitive. 

Ce qui explique pourquoi, avec tant de moyens de communication, de réseaux sociaux, on ne trouve cependant plus aucune originalité ni rien à dire… 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.