Le joli mois d’Avril

Argh !

Avril est presque terminé, sous des chaleurs d’ailleurs estivales et quelques averses de neige (!) et j’ai oublié de vous ouvrir l’almanach à la page de ce mois, pourtant si vibrionnant d’insectes porteurs de vie…

D’après Ovide (le poète), ce serait le mois de Vénus…

Sans doute, la nature qui s’éveille fait-elle penser à ce mois où on aspire à la douceur intense de vivre, mais où rien n’est encore possible. Parce que oui, certes, à cause des dérèglements climatiques de l’ère du Verseau, nous avons un mois d’Avril d’une exceptionnelle douceur (après avoir eu de la neige en début ET fin de mois), mais il reste qu’Avril est souvent un mois où le temps change abruptement et où il est difficile d’être si certain que notre Vénus (planète des sentiments) sera comblée…

Avril est ainsi le mois imprévisible, et qui renforce en nous le désir de conquérir quelque chose qui nous échappe sans cesse… Peut-être alors, justement, ceci est-il la définition profonde de Vénus ?

Comme le disent les bouddhistes, dès qu’on tient la réalisation d’un désir, on ne peut s’empêcher de vouloir autre chose, comme si la vie était une sorte de course poursuite où sans cesse notre vie et notre bonheur nous échappent à la faveur du prochain retournement.

Bien sûr que nous sommes tous comblés, mais le problème est que nous voulons sans cesse l’être encore davantage. Nous sommes insatiables ! C’est justement la nature de Vénus. Et peut-être celle du mois d’Avril où chaque belle journée nous donne l’envie et l’espoir de la suivante et peut-être la rancœur de celles qui sont moins belles.

Avril nous renvoie à notre insatisfaction d’êtres humains… qui ne peut être résolue, rappelons-le qu’en commençant de poser nous-même une limite à ce dont nous avons besoin pour être non pas bien, mais en accord avec nous-mêmes (ce qui suppose encore de savoir qui nous sommes !)

Mais revenons à Avril. Il commence par une parodie de l’ère du Poissons (les poissons… d’Avril). Le Christ est le référent de cette ère, et voilà qu’il est tourné en dérision : il sera dit que ce mois ci est celui du bonheur terrestre et que rien n’a le droit de l’entraver fondamentalement… Pâques est passé, porteur de sens et de sacré et nous voilà dans la frénésie du profane…

Avril est un hymne à la vie. Ainsi, pour profiter des énergies qu’il diffuse, il faut tenter de trouver des occasions de profiter de ce qu’il apporte… en comprenant les messages de ces retournements vifs et imprévisibles.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.