Faut-il « guérir » les introvertis?

Dans un monde qui vous renvoie que vous avez un problème si vous n’aimez pas les fêtes, pas les dîners en groupe, pas les activités qui supposent de vous dépenser et de vous dépasser, que vous ne savez pas vous vendre, qu’être avec des gens vous épuisent, il y a eu une réaction vitale de la part de ce groupe humain (dont j’ai la fierté de faire partie) et qu’on appelle « introverti ».

Un introverti apprend par lui-même, aime rester chez lui, aime l’échange avec des personnes choisies, préfère l’écrit à l’oral, déteste perdre son énergie dans des activités qui ne le transforment pas en profondeur.

Alors qu’un extraverti est à l’aise partout, revit dès que le monde se met à bouger, la lumière à briller et les projets à frétiller… Un extraverti sait comment obtenir les choses alors qu’un introverti a besoin de les maturer longtemps en lui-même.

Que des gens soient différents dans leur structure ne pose aucun problème, ce qui en pose un en revanche, c’est qu’une sorte de personnes soit devenue une norme implicite d’accomplissement et qu’on demande aux introvertis de s’améliorer, de se dépasser, de se mettre en jeu au lieu… de rester introvertis.

Personne ne challenge les enfants en leur disant : Joue à un jeu calme, sans t’énerver, préfère la lecture au sport, apprend quelque chose qui n’est pas forcément en lien avec ta vie mais qui te fera réfléchir. Ce qu’on veut dans monde actuel, c’est niveler les rapports humains et rendre les gens plus facilement homogènes en leur proposant un diktat du « comportement adapté ».

Mais il y a un grand mais : un introverti ne deviendra jamais un extraverti, ou il deviendra un extraverti nul.

Ce qui est certain, c’est que le cheminement d’un pôle à l’autre pour essayer de trouver notre place dans le monde et en nous-même est nécessaire.

Aujourd’hui si vous rencontrez un problème, vous avez deux possibilités :

  • Vous cherchez de l’aide
  • Vous cherchez de l’aide en vous-même.

La méditation, le développement personnel qui sont en vogue permettent aux gens d’essayer de se reconnecter avec leur intériorité perdue. Tout simplement parce que l’extraversion, trop prononcée, a fini par assécher la créativité personnelle de chacun.

Pour avoir quelque chose d’unique à dire, il faut avoir le temps d’y penser et de vous retourner sur vous-même. Et justement, le temps, l’extraverti n’en a pas, parce qu’il va falloir voir des gens, sortir, confronter ses idées, discuter et au final le temps imparti à ce que vous avez d’unique, n’aura pas lieu ou sera secondaire.

La société est en train de changer car elle redonne à chacun le droit d’être soi, mais plus encore, il faudrait une responsabilité à tirer parti de nos points forts au lieu de vouloir sans cesse être quelqu’un d’autre.

Alors dès à présent, comprenez votre mode de fonctionnement dominant et apprenez à aller dans le sens de « qui » vous êtes, au lieu de vous contraindre sans cesse.

Et pourquoi ne veut-on donc pas des introvertis ? Et bien, justement parce qu’ils réfléchissent et mettent en cause les acquis… Ce sont des graines de révolutionnaires !

 

One thought on “Faut-il « guérir » les introvertis?

  1. Merci Nitya pour cet articles et surtout les pistes de réflexions que tu partage 😁

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.