Mercure et la structuration intellectuelle de l’enfant.

Par Nitya :

 

Mercure dans un thème astral permet de comprendre comment nous allons mettre en relation différents éléments entre eux. L’apprentissage ne fait pas appel à des capacités étonnantes de découverte, mais tout simplement au fait de trouver les liens qui existent dans ce qui est proposé à notre esprit. On demande à un enfant qui apprend de reproduire une méthodologie, de trouver aussi simple que son concepteur des chemins d’accès à des connaissances.

Or, l’astrologie nous apprend qu’il y a 12 types de cerveaux qui s’expriment de 12 manières différentes. Donc pour le moins, il y a une base de 144 modes de fonctionnements générique d’apprentissage pour des individus. Il y a donc une probabilité assez faible pour qu’au sein d’une classe, on trouve même seulement plusieurs enfants qui fonctionnent de la même façon.

Ceci signifie concrètement que chacun va devoir en plus de l’apprentissage faire un cheminement en propre pour comprendre la manière dont on veut lui apprendre. Et il se peut que l’enfant n’y arrive pas.

Les méthodes Montessori ou Steiner répondent bien à ce dilemme : on enlève l’approche professorale et on donne à l’enfant la mission d’apprendre à sa manière quelque chose : c’est-à-dire qu’on le confronte seul avec sa forme mentale au contenu. En enlevant le filtre du professeur, l’enfant développe une connaissance de ses propres modes de fonctionnement bien avant l’âge adulte, ce qui lui gagne un temps immense. Puisqu’il devra de toute façon, tôt ou tard, refaire le travail de comprendre comment il peut comprendre quelque chose s’il veut faire des études supérieures ou exercer une profession.

L’intelligence connait de multiples formes et il est impossible de les réduire à une seule. L’école, telle qu’on la conçoit couramment, n’est faite pour personne, puisqu’elle désapprend à l’enfant à recourir à ses propres modes de fonctionnement en lui en substituant d’autres qui n’ont aucune chance d’aboutir sinon par un extrême hasard.

Le fait que les parents soient de plus en plus attentifs à leurs enfants a considérablement développé le rejet des enfants au système scolaire.

L’enfant est éduqué chez lui dans le but d’être lui-même ; et il est valorisé dans l’expression unique de sa personnalité. Et de l’autre main, dès qu’il entre à l’école, on lui demande d’abraser son esprit au profit de méthodes communes. D’où la proportion grandissante d’enfants en échec ou complètement désintéressés par le système.

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.